Thomas de Grosbois

Cours de banjo et mandoline, niveaux initiation et débutant.

th-de-grosboisNatif de Montréal, Thomas de Grosbois a grandi dans une famille dont plusieurs membres sont très actifs dans le milieu de la musique traditionnelle québécoise (Louise de Grosbois, coordonatrice pour la SPDTQ; Alexandre Garand de Grosbois, musicien dans le projet Mélisande Électrotrad et membre fondateur de Genticorum; Jean de Grosbois, directeur artistique du Festival de violon de Sutton). Adolescent, il abandonne le piano au profit de la guitare et s’intéresse entre autres au métal, au folk, au rock et au blues avant de se découvrir un intérêt durable pour la musique traditionnelle.

Ce sont les mélodies des répertoires québécois, irlandais et écossais qui l’amènent à s’essayer au violon dans les cours de Pascal Gemme à l’École des arts de la Veillée. Par plaisir — et parce que cela lui permet de jouer les airs qu’il aime sur un instrument à cordes pincées, dont la technique lui est plus familière —, il s’amuse ensuite à modifier des ukulélés, qu’il accorde en quintes pour imiter les violons. Alors qu’il se fait de plus en plus actif dans les sessions de musique, il se découvre un intérêt marqué pour le banjo et sa puissante contribution à l’ambiance des jams trad. Aujourd’hui, il joue principalement du banjo ténor en cherchant à utiliser les techniques pratiquées sur les nombreux instruments auxquels il a touché au fil du temps.

Membre fondateur du Festival de violon traditionnel de Sutton, Thomas de Grosbois est très actif dans les sessions de musique québécoise et irlandaise à Montréal et dans celles des festivals de musique traditionnelle tenus un peu partout au Québec.